Catégorie : Bien-être

Qu’est ce qu’une Tente Rouge ?

TENTE-rouge3
TENTE-rouge2
TENTE-rouge

Tente Rouge 

Une Tente Rouge c’est un cercle (groupe) de femmes, nouvelles ou pas à chaque fois, à égale distance l’une de l’autre, qui partage leurs expériences de vie, dans l’intimité et la protection d’une tente rouge, agrémentée de douceurs et de boissons.

L'origine des Tentes Rouges

Un temps de repos

C’est une ancienne coutume où les femmes se retiraient pendant leurs temps des lunes (menstrues) dans une hutte de lunaisons, faite que pour elles, pour se reposer, prendre soin d’elles et entre elles, perpétuer les enseignements, leurs connaissances, renforcer leurs liens de femmes.

Ce temps était utilisé pour se reconnecter à la Terre Mère et pour en recevoir ce dont elles ont besoin pour nourrir leur féminin. 

« Nos temps de retraite et de reconnexion à notre Mère sont peut-être l’un des plus grands secret de longévité. Lorsque nous sommes emplies de l’amour que la Terre Mère a pour nous, car nous sommes ses filles, nous pouvons faire bien des sacrifices pour les autres. Mais nous ne nous sacrifions pas nous-mêmes ni notre santé, parce que nous prenons le temps de nous emplir de l’amour de la Terre Mère. Par cet amour, nous pouvons durer. Avec cet amour, nous cheminons sans fatigue. Sans l’amour nourricier de la Terre Mère et l’amour de notre famille, nous sommes affaiblies et épuisées – et ce, longtemps avant que le Grand Mystère ne décide qu’il est temps de nous rappeler à la maison. » Au coeur de la Sagesse Amérindienne. Jamie Sams

Les tentes rouges en France sont apparues à partir de 2008 à l’initiative d’une femme qui avait le rêve de créer ces espaces, à la suite de la lecture du livre « Tente rouge » ou « La fille de Jacob », d’Anita Diamant.

Pour qui ?

Pour toutes les femmes, de l’adolescence (dès les premières menstrues) à la ménopause, quelque soit leur condition physique.

Pour celles qui veulent :

– contribuer à un nouvel ordre social, basé sur la coopération, le respect, la bienveillance, l’écoute, à l’inverse d’un système hiérarchique et patriarcal.

–  découvrir et construire un lien de confiance entre femmes.

– bénéficier du soutien et de l’accompagnement du groupe.

–  tester et faire partie d’une sororité.

– se laisser être et découvrir sa force en partageant sa vulnérabilité.

Que fait-on dans une Tente Rouge ?

Une bulle hors du temps :

Pour connaître les dates des Tentes Rouges en France : 
Les tentes rouges.fr

Phase de la Lune en temps réel

La Lune

C’est un espace hors du temps, loin des sollicitations extérieures, un refuge, un lieu de ressource, de confiance où tu peux abandonner tes armures de superwoman pour te laisser être.

Pour déposer la parole de l’instant présent, les émotions, les peurs, la douleur trop longtemps retenues, mais aussi les réussites.

Un espace pour t’accorder une pause dans ta vie chargée, pour revenir dans ton intérieur, pour nourrir celle que tu es au fond de toi.

Un espace pour incarner la femme que tu veux être, qui reconnaît toutes ses identités.

J’utilise la Tente Rouge comme un cadre propice à l’intimité et la confiance. C’est  la cabane de notre enfance, le refuge où nous allions nous cacher pour nous retrouver, pour concocter des potions magiques et raconter nos secrets. Elle permet de recontacter l’enfant joueur, qui prend plaisir simplement à être ce qu’il est.

Ce que je propose dans une Tente Rouge :

J’organise des Tentes Rouges lors des pleines lunes sur Grenoble.

Les Tentes Rouges de février, mai, août, octobre et décembre sont des Spéciales Bénédiction de l’Utérus.   En savoir plus sur la Bénédiction de l’Utérus

🌕 Ouverture du cercle et règles de confidentialité.

🌕 Présentation des énergies de la lune du moment comme point de départ ou thématique de la soirée.

🌕 Chacune à son tour prend le bâton de parole et prend le temps nécessaire pour déposer sa parole en conscience, faire le parallèle entre les énergies de la lune et les événements de sa vie.

Il n’y a pas d’obligation de parler.

Respect et écoute des autres personnes.

Il n’y a pas d’interactions entre les échanges. On ne se donne pas de conseils (sauf si demandés).

🌕 Méditation de Pleine lune. (voir l’article “Méditation de pleine de lune“)

🌕 Rituel de gratitude.

🌕 Tirage d’oracle.

🌟 La facilitatrice de la tente rouge est la gardienne du bon déroulement, du cadre bienveillant, de non-jugement, du respect et du temps.

Les bienfaits d'une Tente Rouge :

– Repartir avec une nouvelle énergie, plus légère sur ton chemin de femme car tu as déposé ce dont tu n’avais plus besoin, tu t’ais accordé un temps, tu deviens ta priorité

– Te sentir plus forte, alignée après avoir été entendue, soutenue, reconnue par tes sœurs

– Te rendre compte que tu n’es pas seule et que d’autres femmes vivent la même chose

– T’autoriser à être et à libérer la parole sur ton vécu de femme

Tente Rouge

vendredi 23 novembre 2018

19h-22H

Centre Pierre de Lune216 allée de Champrond – ZA La Bâtie

38330 St Ismier

15 € la soirée

Douceurs à grignoter sont les bienvenues

  • As-tu déjà participé à une tente rouge?
  • Comment ça s’est passé ?
  • Comment en es-tu ressortie ?
Les énergies de la Lune

Les énergies de la Lune

la-lune-et-son-fonctionnement
énergie-de-la-lune
phase-lune

Les énergies de la Lune

Nous avons vu précédemment le fonctionnement physique et astronomique de la Lune. Maintenant pour aller plus loin, nous allons aborder les spécificités des 8 phases de la Lune. 

A chaque phase correspond une énergie. Plus nos actions seront en adéquation avec la lune, plus nous sentirons leurs bienfaits dans nos vies.

Les spécificités des 8 phases de la Lune

Les 4 phases croissantes:

🌑 La nouvelle Lune ou Lune Noire :

La nouvelle Lune survient 1 à 3,5 jours après la Lune Balsamique.

C’est le début d’un nouveau cycle alors tout est possible !

Il est temps de laisser le mois dernier derrière nous et de penser à ce que nous voulons voir accomplir dans les prochaines semaines.

C’est la phase à laquelle il faut accorder du temps pour préparer nos vœux, nos objectifs en les écrivant ou dessinant.

Activités à privilégier :

Méditation pour se mettre à l’écoute de nos rêves.

Massage, bain chaud afin de reprendre contacte avec notre corps et de nous rappeler que c’est grâce à lui que nous pouvons matérialiser nos rêves.

🌒 - Le premier croissant:

Le premier croissant apparaît 3,5 jours à 7 jours après la Nouvelle Lune.

Il est temps d’explorer tes rêves

Prendre le temps de penser aux souhaits formulés, les relire, les visualiser, les formuler à haute voix.

Face à ce nouveau chemin il nous faut garder la foi pour ne pas céder à la peur de l’échec. 

🌓 - Le premier quartier :

Il survient de 7 à 10,5 jours après la Nouvelle Lune.

Formant une demi-lune, le scepticisme apparaît sur nos capacités à matérialiser nos souhaits.

Les vœux qui ne nous motivent plus sont à abandonner, pour se focaliser sur ceux qui nous procurent de la joie.

Relire, imaginer, regarder les dessins faits pour les ancrer en nous.

🌔- La lune gibbeuse croissante :

Gibbeuse signifie ‘gonfler‘ de possibilités.

Elle se situe 10,5 à 15 jours après la Nouvelle Lune.

La Lune atteignant presque sa plénitude, il ne faut  pas baisser les bras, ni laisser ses peurs se mettre en travers de nos objectifs.

Accueillir ce que la vie nous présente et modifier nos vœux ou la façon de les atteindre. Analyser ce qui fait la réussite de vos projets ou ce qui l’empêche.

Cette phase demande de maintenir notre élan et de retrouver une routine que nous aurions pu mettre de côté.

La Lune étant toujours en phase croissante, nous pouvons encore initier de nouvelles idées.

Les 4 phases décroissantes:

🌕- La pleine lune :

15 à 18,5 jours après la Nouvelle Lune.

C’est le point culminant du cycle. Si un ou des vœux, ou des indices t’indiquant qu’ils doivent se concrétiser c’est maintenant.

La Pleine Lune peut remuer les plus sensibles car l’énergie se tourne vers l’extérieur pour devenir plus yang. Ainsi tes émotions sont à la vue du monde.

Si tes projets ne se sont pas (encore) concrétisés, soit reconnaissante du chemin parcouru et de ce qu’il t’es arrivé pendant cette 1ère partie du mois.

Fais le bilan de ce que tu as accompli, des personnes et/ou situations que tu as rencontrées et qui t’ont fait du mal. Pardonnes-toi en premier, tu as fait de ton mieux ; et les autres. Pour accueillir le nouveau, il faut faire de la place et abandonner l’ancien.

🌖- La lune gibbeuse décroissante ou disséminante

Du 3e au 7e jour après la Pleine Lune.

C’est le moment de réunir ses forces, d’accueillir ce qui est et de ne plus penser aux projets, encore moins d’en lancer de nouveaux. 

Comme tu as le bilan de ce que tu as appris à la dernière phase, il est temps que tu transmettes cette connaissance autour de toi.

🌗- Le dernier quartier

Du 7e au 10,5 jour après Pleine Lune.

Dans cette période où la fatigue se fait sentir mais ce n’est pas le moment de se reposer.

On sait qu’il faut lâcher prise, faire de la place pour accueillir du neuf mais cela est difficile. Sorte d’embranchement où l’on observe le chemin parcouru et où l’on manifeste de la gratitude face à nos avancées.

C’est une période où l’on sait ce que l’on garde et ce que l’on abandonne  pour le prochain cycle

🌘- Le dernier croissant ou Balsamique :

10,5 jour après la Pleine Lune.

Période où la nouveauté recommence.

Balsamique signifie “baume“. Cette phase est un baume apportant douceur et guérison sur le cycle qui s’achève.

Il est temps de se reposer et de se soigner en abandonnant ce qui n’a pas marché, les habitudes et les relations toxiques.

C’est le moment de se détendre, rêver et visiter votre inconscient.

Travailler avec la Nouvelle Lune :

Maintenant que tu connais les énergies de la Lune de chaque phase, tu peux commencer à travailler et à les utiliser pour matérialiser tes projets, comme ton cycle féminin 😉. 1ère étape, travailler avec les énergies de la Nouvelle Lune.

A chaque Nouvelle Lune, (te référer à un calendrier lunaire pour connaître les phases), c’est le moment de déterminer tes rêves et objectifs afin de décider de ce que tu veux dans ta vie.

– Pose-toi 10 min, fais le bilan du cycle dernier, ce qui a marché ou pas.

– Écris ou dessine tes souhaits pour ce nouveau cycle, en les formulant d’une façon positive, comme si c’était déjà fait, avec des détails, des couleurs, des odeurs … ressens l’émotion que cette situation te procurera. Rends-la aussi vraie que possible !  Le cerveau ne fait pas la différence entre le vrai et le faux. Il suffit que tu imagines la situation comme s’il elle était vraie pour ressentir l’émotion liée et que ton cerveau y croit.

– Pense à ce que tu veux et non pas à ce que tu ne veux pas. Il est important de savoir ce que tu veux vraiment pour pouvoir le manifester.

– Les souhaits te concerne personnellement, pas quelqu’un d’autre. Chacun à son libre arbitre. Alors si tu veux qu’une relation change, souhaites-toi d’avoir le courage de prendre la meilleure décision.

Médite régulièrement sur les souhaits formulés permet de diminuer le stress en régulant les ondes du cerveau et de s’ouvrir aux informations provenant de l’univers ou du champ quantique. Mais aussi à avoir les idées plus claires sur ce que tu veux vraiment.

– Savoir lâcher prise une fois les souhaits formulés. Peut-être que l’univers à un meilleur projet pour toi. Il faut donc apprendre à ne pas s’identifier à tes rêves. C’est pour cela que mentionner “Pour le bien tous, si non rien” à la fin de chaque souhait permet ainsi d’envoyer l’information à l’univers.

– Repense régulièrement à chacun de tes souhaits et à la manière dont tu vas t’y prendre pour y arriver.

Dans les Cercles de Lune Noire, nous apprendrons à travailler, à formuler les souhaits et à réveiller ta créativité.

Un RDV mensuel pour faire le bilan, poser des intentions, exprimer sa gratitude en utilisant le mandala, labyrinthe, tableau de visualisation ou jeux d’écriture …

Nous verrons comment les énergies de la Lune, en fonction de sa position dans les signes du zodiaques, t’invitent à travailler un domaine en particulier. Tu sauras comment procéder à chaque phase de la Lune.

Prochains événements

Le Cercle Mixte de Lune Noire est un RDV mensuel pour apprendre à utiliser les énergies de la lune et développer sa créativité pour concrétiser ses projets.

Des livres pour aller plus loin :

Phase de la lune en temps réel

La Lune

Fais-tu attention aux phases de la Lune ?

Sens-tu les influences de son énergie ?

As-tu des rituels ?

Abonne-toi à la Newsletter  pour être tenue au courant des nouveautés 🌝

La Lune et son fonctionnement

La Lune et son fonctionnement

La Lune et son fonctionnement

phase-lune
énergie-de-la-lune
la-lune-et-son-fonctionnement

La Lune et son fonctionnement

Depuis des milliers d’années la Lune intrigue, enchante et rythme le quotidien des êtres vivants.

Elle a été utilisée pour concevoir les premiers calendriers, notamment par les femmes pour noter leurs ‘lunes‘ autres terme pour menstruations.

Elle a toujours été observée, comme une boussole astrale pour connaître les saisons ou prévoir les activités lorsque les communautés étaient encore reliées et dépendaient de la nature.

Aujourd’hui encore certains y sont sensibles, d’autres l’ignorent, pourtant ses effets sur la nature et les êtres vivants sont indéniables.

La Lune d'un point de vue astronomique

La Lune est le satellite de la Terre. Elle tourne autour d’elle et la Terre tourne autour du Soleil.

Son âge serait estimé à 4,527 milliards d’années, équivalent à celui de la Terre.

Elle met 29,5 jours pour faire le tour de la Terre, ce qui correspond à une lunaison ou un mois lunaire.

Nous remarquons, de notre point de vue depuis la Terre, que la Lune présente toujours la même face. C’est parce-que sa rotation est synchrone (voir l’animation). Ce qui correspond en mécanique céleste, au fait que la période de temps que la Lune met pour tourner sur elle même est égale à la période de temps qu’elle met pour faire le tour de la Terre.

Même si nous voyons toujours la même face de la Lune, cette face éclairée varie pendant le mois en fonction de sa position par rapport au Soleil
et à la Terre. Les explications suivantes sont valables pour l’hémisphère nord.

Comprendre les phases de la Lune

Une phase lunaire est une portion de Lune éclairée par le Soleil, observée depuis la Terre.
Ainsi selon l’angle formé par l’axe Terre-Soleil et l’axe Terre-Lune nous obtenons 8 phases de Lune différentes, au cours d’une lunaison de 29,5 jours (Voir schéma ci-après).
Prenons pour point de départ un angle à en traçant une ligne passant par la Terre, la Lune et le Soleil, ce qui représente la Nouvelle Lune.
Lorsque la Lune aura réalisé un angle de 180° autour de la Terre, cela équivaudra à la Pleine Lune.

les-8-phases-lune

Les 8 phases de la Lune :

1 - La nouvelle Lune ou Lune Noire :

La Lune se situe entre le Soleil et la Terre ; on dit alors que la Lune et le Soleil sont en conjonction par rapport à la Terre. C‘est pour cela qu’elle n’est pas visible pendant la nuit mais apparaît en journée.

2 - Le premier croissant :

C’est lorsque la surface illuminée croît un peu plus chaque jour,  elle prend la forme d’une parenthèse de fin – )

3 - Le premier quartier :

Elle forme alors une demi-Lune comme le ventre d’un “p” (moyen mnémotechnique = premier), elle est à 90° ou en quadrature Est.

4 - La lune gibbeuse croissante

5 - La pleine lune :

La Terre se situe entre la Lune et le Soleil : la face visible est totalement éclairée.

6 - La lune gibbeuse décroissante ou disséminante

7 - Le dernier quartier

Elle forme une demi-Lune comme le ventre d’un “d” (moyen mnémotechnique = dernier), la Lune est à 270° ou en quadrature ouest.

8 - Le dernier croissant ou Balsamique :

C’est lorsque la surface éclairée décroît chaque jour ; par opposition au 1er croissant, elle prend la forme d’une parenthèse ouvrante – (

Se souvenir des 2 mouvements de la Lune

Pour terminer, la Lune est croissante de la Nouvelle Lune à la Pleine Lune et Décroissante de la Pleine Lune à la Nouvelle Lune.

Ma maman m’expliquait que la Lune était menteuse, car quand la partie éclairée forme « C », elle décroit : elle va donc vers la nouvelle lune ; et quand elle forme un « D », elle croit et va vers la pleine lune.

D = phase croissante – de la Nouvelle Lune à la Pleine Lune

C = phase décroissante – de La Pleine Lune à la Nouvelle Lune

Prochains événements

Le Cercle Mixte de Lune Noire est un RDV mensuel pour apprendre à utiliser les énergies de la lune et développer sa créativité pour concrétiser ses projets.

Des livres pour aller plus loin :

Phase de la lune en temps réel

La Lune

Fais-tu attention à la Lune ?

Te demandes-tu souvent dans quelle phase est-elle ?

As-tu des rituels ?

Abonne-toi à la Newsletter  pour être tenue au courant des nouveautés 🌝

Les énergies de la Lune

Bénédiction Mondiale de l’Utérus – Guérison des ancêtres maternels

Bénédiction Mondiale de l’Utérus – Guérison des ancêtres maternels

bénédiction-utérus-ancêtres-maternels
bénédiction-mondiale-utérus
bénédiction-utérus-ancêtres-maternels

Bénédiction Mondiale de l'Utérus d'Octobre

Guérison des ancêtres maternels

Miranda Gray organise 5 cérémonie mondiales de Bénédiction de l’utérus par an. Reviens à l’article général présentant les dates et les spécificités de chaque bénédiction.

Chaque Bénédiction Mondiale correspond à une méditation spécifique en accord avec les énergies de la Terre-Mère.

Pourquoi des méditations différentes à chaque fois :

Ces méditations sont une odyssée personnelle à travers les quatre archétypes féminins (La Femme Sage, La Jeune Fille, La Mère et l’Enchanteresse – Voir les 4 saisons du cycle). 
Les cérémonies apportent la reconnexion, la guérison, la paix, l’amour et de la magie dans la vie des femmes. C’est une belle occasion de célébrer ton féminin.

L’origine de notre énergie créatrice se situe dans notre utérus, au niveau du chakra sacré. 
Depuis ce lieu, nous exprimons cette énergie créatrice, toutes manières confondues, dans le monde.

En prenant part à ces méditations saisonnales, nous relions notre centre énergétique de l’utérus plus profondément au centre, à l’utérus de la Terre-Mère

Ainsi nous nous harmonisons avec le cycle fluide de ses énergies, apportant reconnexion et guérison des archétypes présents en nous.

Symbolique de l'Utérus :

A l’intérieur, dans les abysses de nos centres énergétiques utérus, un lien est tissé entre tous les utérus qui nous ont précédés. 

Un seul fil d’or et une lumière blanche nous relient ensemble.
Nous ne faisons qu’une. Alors que nous montons les marches de la saison de l’Enchanteresse, nous suivons ce fil vers le centre d’un labyrinthe et nous sentons, nous reconnaissons ces femmes qui ont vécues avant nous et qui nous ont donné leur vie et leur souffle
.” Miranda Gray

bénédiction-mondiale-utérus-f

Octobre -
Guérison des ancêtres maternels :

Au sujet de la méditation :

Selon Miranda Gray, la méditation Guérison des ancêtres maternels’ peut être intense si tu as tes “lunes” ou menstrues (règles), car ton énergies correspondra à celle de la Terre-Mère. La phase des ‘lunes’ correspond à l’hiver et à l’archétype de la Femme Sage. (Voir les caractéristiques de la phase hivernale). Il est  intéressant de voir comment tu vis tes lunes en hiver. Tes ressentis sont-ils plus intenses ? Tes perceptions ? Ta vision des choses ?

Tous les ovules de la future femme sont fabriqués pendant que le fœtus est dans le ventre de sa mère. L’ovule qui a participé à ta conception était déjà présent alors que ta mère n’était qu’un fœtus. Imagines le lien entre tous ces ovules, tu peux alors remonter jusqu’à la première femme de ta lignée. Ils ont tous contribué à ta présence sur Terre ! 

Nos cellules ont ainsi enregistré les structures de nos ancêtres maternelsCes structures sont des état émotionnels puissants qui ont laissé des empruntes dans notre code ADN. Si tu veux en savoir plus, je t’invite à creuser les sujets de l’épigénétique, la transmission intergénérationnelle (voir la série ‘Transparent’) et la mémoire de l’eau notamment avec les études de Masaru Emoto.

Ainsi nous sommes reliées aux souffrances, blessures de toutes ces femmes mais aussi à leur force, leurs ressources et le courage dont elles ont fait preuve.

Dans la tradition païenne, la fête de Samain, célèbre le passage d’une année à l’autre, où le monde des morts et des sorcières deviennent accessibles pour les vivants. C’est le commencement de la saison sombre, où la Terre Mère transite de l’archétype de l’Enchanteresse vers celui de la Vieille Femme.

C’est alors une période propice pour se rendre dans le Monde Sous-terrain, des morts et des aïeuls, pour soigner notre lignée maternelle, exprimer notre gratitude et manifester dans nos vies la grâce, les richesses et le potentiel hérités de nos ancêtres.

Matériel pour cette méditation

1 – Pour la méditation, “Guérison des ancêtres maternels”, il sera nécessaire de fabriquer des poupées représentant ta lignée de femmes.

Tu peux n’en faire qu’une ou plusieurs, à toi de sentir ce qui est juste pour toi (ta fille, ta mère, grand-mère maternelle, arrière-grand-mère maternelle…).

Laisse libre cours à ton imagination dans la façon de les faire, dans les matériaux choisis, dans la précision ou pas que tu décides d’apporter à la représentation de tes ancêtres.

2 – Crée ton espace sacré :  

Ouvre ce temps qui t’est dédié en allumant une bougie, de l’encens et en te centrant sur ta respiration pendant quelques minutes avant de commencer les méditations.

bénédiction-mondiale-utérus
bénédiction-mondiale-utérus
bénédiction-mondiale-utérus
bénédiction-mondiale-utérus
Voici un exemple de la poupée que j’ai créé l’année dernière.

2 – Crée ton espace sacré :  

Ouvre ce temps qui t’est dédié en allumant une bougie, de l’encens et en te centrant sur ta respiration pendant quelques minutes avant de commencer les méditations.

3 – Matériel :

2 bols : un avec un peu d’eau et l’autre avec une bougie

* Un châle

Quelques douceurs à grignoter à la fin.

* Les méditations

*Ta/tes “poupée(s) ancêtres” : Place-les entre tes Bols Utérus, celui qui est rempli d’eau à ta gauche et celui qui contient la bougie à ta droite. Munis-toi d’un fil blanc pour chacune des poupées.

Retrouve toutes les infos sur la Bénédiction de l’Utérus sur le site : Wombblessing.com

(Non obligatoire)
Se préparer à la cérémonie Bénédiction Mondiale de l'Utérus :

Tu peux ressentir la nécessité ou le besoin de te préparer en amont de la cérémonie.

Dans ce cas, quelques jours avant ou dès que tu le souhaites fais les 2 méditations suivantes ou celle qui te parle le plus.

Déroulé de la Bénédiction Mondiale de l'Utérus :

Pour terminer :

Laisse les racines de ton Arbre Utérus s’enfoncer jusqu’au cœur de la Terre.

Bois le bol d’eau, qui est à présent rempli d’énergie et grignote quelque chose ou partage de ce que les participants ont amené.

Ce que dit Miranda Gray sur l’après  Bénédiction de l’Utérus voir le site : Wombblessing.com

Pour aller plus loin :

Femme Lunaire. Miranda Gray – A télécharger

Groupe Facebook :

pour être au courant des événements des Moon Mothers et de Miranda Gray

Evenements Moon Mothers® autour du Féminin Divin, Masculin Divin …

Prochains événements

guérison-ancêtres-maternels

Mercredi 24 Octobre

19h – 22h

Centre Bien-être Pierre de Lune

216, allée de Champrond

ZA La Bâtie
38330 ST ISMIER

bénédiction-utérus-en-ligne

As-tu déjà participé à de telles cérémonies ?

Vas-tu fabriquer tes poupées ancêtres ?

Raconte-moi ton expérience dans les commentaires.

Rejoins-nous pour le live 😃

Abonne-toi à ma Newsletter  pour être tenue au courant des prochains événements.

Les Fleurs de Bach pour accueillir l’Automne

Les Fleurs de Bach pour accueillir l’Automne

fleurs-de-bach-autome
fleurs-de-bach-autome
fleurs-de-bach-autome

Accueillir l'Automne avec les Fleurs de Bach

Pour faire face aux changements saisonniers, aux nouveaux engagements, dépasser les peurs, trouver le courage de continuer nos activités avec l’arrivée des températures fraîches.

Hornbeam : pour démarrer les activités

Lorsque l’on a des difficultés à commencer une tâche que l’on procrastine, que l’on ressent de la fatigue mentale liée aux activités quotidiennes. 

Cette fleur permet de retrouver dynamisme, courage et vivacité de l’esprit.

Rock Water : pour le perfectionnisme

Quand on cherche à être parfaite avec soi-même et les autres devant les bonnes résolutions d’un nouveau cycle.

Cette fleur permet de retrouver souplesse, indulgence, d’accueillir nos imperfections avec bienveillance.

Mimulus : pour les peurs identifiables

Lorsque l’on connaît les peurs à dépasser, que l’on peut les nommer. Pour le stress et la nervosité liés à nos engagements.

Fleur parfaite pour affronter les nouveaux défis, stimule notre courage et favorise l’audace.

Clématis : pour le manque de concentration

Quand on a tendance à s’échapper du quotidien par la rêverie d’un futur meilleur, l’inattention. 

Clématis permet de vivre son rêve et non pas de rêver sa vie. Nous procure enracinement, présence et créativité. 

Elm : pour le sentiment d'insuffisance

Face aux responsabilités quotidiennes on peut se sentir débordé, dépassé, nous perdons confiance en nos capacités.

Elm permet d’accroître notre confiance en nous, de faire chaque chose en son temps sans stress.

Walnut : pour l'adaptation

Idéale pour les périodes de changement et les transitions difficiles. Lorsque l’on a tendance à être perméable aux émotions et idées venant de l’extérieur, au stress quotidien. 

Cette fleur aide à rester sur notre chemin, apporte protection et adaptation.

Honeysuckle : pour les souvenirs récurrents

Pour faire face à la nostalgie des beaux jours et du temps libre.

Cette fleur aidera à surmonter le passé sans le renier, à se rattacher au cycle de la vie.

Comment faire et les utiliser :

Voici la démarche si tu veux seul-e si non demandes-moi, je suis formée pour. Prendre RDV.

Matériel :

Un petit flacon avec pipette, compte-goutte ou spray (de préférence en verre teinté) de 15 ou 30 ml.

De l’eau de source.

Choisis les élixirs qui te parlent le plus parmi la liste proposer dans la recette. Maximum 7.

Recette :

Mettre de l’eau de source dans le flacon.

Mettre 2 gouttes de chaque élixirs dans le flacon, 4 gouttes pour le Rescue.

Mettre 5 à 10 gouttes de cognac dans le flacon, pour la conservation, mais ce n’est pas une obligation, ou de silicium organique à la place de l’alcool. Le composé n’est plus viable lorsqu’il sent mauvais et qu’il y a des filaments à l’intérieur.

Posologie :

Prends une bouteille d’eau que tu boiras tout au long de la journée.

Mets 4 gouttes de ton flacon dans la bouteille.

Bois au moins 4 fois dans la journée par petites gorgées.

Tu peux aussi prendre 4 gouttes de ton mélange directement sur la langue, au moins 4 fois par jour.

Prends ce mélange au moins 3 semaines.

Ce n’est pas la quantité qui fait effet mais la fréquence au cours d’une journée.

Télécharge Ton Carnet de Voyage pour faire un bilan à la fin des 3 semaines et décide si tu continue avec le même mélange, s’il est temps de changer ou d’arrêter.

 

Je te souhaite un beau voyage avec les fleurs de bach à la rencontre de toi-même !

Utilises-tu les Fleurs de Bach ?

Quelles seraient les fleurs que tu recommanderais ?

As-tu utilisé le carnet de voyage ? Le trouves-tu utile ? Qu’est-ce-que je pourrais améliorer ?

La Bénédiction Mondiale de Pleine Lune

La Bénédiction Mondiale de Pleine Lune

La Bénédiction Mondiale de Pleine Lune

Les Bénédictions de l’Utérus Mondiales, initiées par Miranda Gray, sont un chemin d’éveil de l’Énergie Féminine.
La Méditation de Pleine Lune est une autre manière de recevoir guérison et soutien sur cette voie douce de retour à notre féminité authentique.

Qu'est-ce-que la Bénédiction Mondiale de Pleine Lune ?

Miranda Gray (auteur de Lune Rouge et Femme Optimale) complète la Bénédiction Mondiale de l’Utérus avec la Bénédiction de Pleine Lune.

Voir l’article  : “Tout savoir sur la Bénédiction Mondiale de l’Utérus

Chaque Pleine lune, est l’occasion de célébrer l’Archétype Mère de Mère Lune en participant à la Méditation de Pleine Lune Mondiale et de nous nourrir de belles énergies de guérison dans notre vie et dans notre utérus.

Cette méditation est offerte comme un cadeau de lumière douce venant de la Mère Lune pour la guérison, le bien-être et la paix autour du Monde.

Dans la lumière blanche argentée de la Lune, toutes les énergies colorées nous sont disponibles.
Enveloppée dans cette belle et aimante lumière, nous respirons les différents rayons colorés du clair de Lune dans notre utérus pour apporter la guérison à tous les niveaux de notre être.

Chaque Pleine lune nous amène une énergie d’une couleur différente afin d’aider des domaines spécifiques en nous et dans nos vies.

Les détails et le texte de la méditation sur  www.wombblessing.com/moonmed.html

Comment participer à la Bénédiction Mondiale de Pleine Lune :

Il n’y a pas de préparation spécifique pour faire cette méditation. 

Cependant, agencer un petit autel décoré des couleurs particulières de la pleine lune, le jour dit, et un bol pour symboliser votre utérus, vous mettra en condition pour cet espace sacré.

Il peut être doux de vous recouvrir d’un châle aux couleurs des rayons.

Vous pouvez vous installer afin de voir la Lune – mais ce n’est pas une obligation.

Il n’y a aucune restriction d’âge pour cette méditation et vous ne devez pas avoir reçu une Bénédiction de l’Utérus ou une Bénédiction Terre-Yoni pour y participer.

Aussi vous n’êtes pas obligée d’avoir un utérus physique.

Vous pouvez faire la Méditation Mondiale de Pleine Lune aussi souvent que vous le souhaitez le jour de la Pleine Lune, le jour avant la Pleine Lune et le jour après la Pleine Lune.

Vous pouvez faire la méditation en solitaire, mais il est magique de partager cette méditation de guérison dans un groupe qui célèbre la Pleine Lune, comme une Tente Rouge.

La bénédiction mondiale de Pleine Lune est réalisée lors de 4 pleines lunes dans l’année. Chacune avec des rayons spécifiques.

Les 4 couleurs des 4 pleines lunes dans l'année :

- Pleine Lune de Septembre : Rayon Arc-en-ciel

plein-lune-septembre-ar-en-ciel

Le rayon arc-en-ciel symbolise le cadeau de toutes les couleurs de l’énergie féminine.

Alors que nous inspirons l’arc-en-ciel, nous recevons la sagesse de nous rappeler qui nous sommes en tant que femmes.

Ainsi nous nous nous connectons à notre joie, notre beauté, à notre harmonie intérieure et à notre savoir spirituel.

Nous pouvons alors marcher sur un chemin de vie cyclique qui embrasse qui nous sommes et toutes les énergies que nous détenons.

- Pleine lune de Novembre : Rayon Rose pâle et noir

Le rayon de lune rose pâle est un don d’amour supérieur féminin.

Alors que notre utérus change de vibration vers l’amour, toutes nos centres d’énergies suivent.

Ainsi nous apportons une transformation à nous-mêmes, notre vie et à notre entourage.

Le rayon noir encadre la lune, lui donnant de la forme et se mélange au rose pâle qui nous donne l’énergie féminine de repos, sécurité, acceptation, paix et calme.

- Pleine lune de Janvier : Orange - or

pleine-lune-janvier-or2

Le rayon de lune Or nous allume et nous amène loin de nos anciennes manières de nous comporter et de penser, pour nous mettre debout, dans notre pouvoir de femmes de la Lumière

Ce rayon nous amène une vision du futur inspirante

Il nous donne la force de devenir une lumière pour d’autres femmes à notre tour. Nous rayonnons !

- Pleine lune de Mars : Lilas

pleine-lune-mars-lilas

En respirant le rayon de couleur lilas, nous accédons au pouvoir doux de dissoudre tous nos schémas limitants avec facilité et délicatesse.
Nous lâchons nos restrictions qui limitent notre expression féminine. 

Lilas nous amène aussi les hautes énergies féminines de pureté, sagesse, compassion et union

Cette lumière illumine qui nous sommes véritablement en amenant du respect et de la gratitude pour toute la vie.

La Méditation du Rayon de Pleine Lune :

Ferme tes yeux et prend une profonde respiration.

Sens ton poids sur le sol ou sur la chaise.

Ressens comme tu es lourde.

Amène ta conscience à ton bas ventre.

Sens, sais ou vois que ton Arbre Utérus se trouve dans ton bas ventre.

Son beau tronc se divise en deux branches principales qui sont chargées de feuilles d’un vert profond, de petites fleurs blanches et de fruits rouges semblables à des joyaux.
(Pause)

Les racines de l’arbre grandissent profondément dans la Terre, suis-les jusqu’en bas.
(Pause)

Maintenant prends conscience de la Pleine Lune au-dessus de toi, te baignant dans la plus belle lumière blanche argentée.

Dans ce doux blanc argenté reposent toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, adoucies dans une vibration plus douce, féminine.

Vois ou sens que dans le clair de lune se trouvent des rayons individuels de lumière de couleur … (nom des couleurs indiquées).

Les lumières … (nom des couleurs selon la date) fluctuent sur toi et à travers toi, au bas de ton corps et dans ton centre Utérus.

Ouvres-ton utérus et laisse-le se remplir de la couleur, des énergies et de l’amour de Mère Lune.

Répète en pensée :
« J’ouvre mon centre d’utérus avec amour pour recevoir les énergies … (nom des couleurs indiquées) du clair de Lune ».

Baigne dans les rayons pendant 5 à 10 minutes.

Remarque comment tu te sens, ce que tu ressens et ce que tu vois.

Pour Finir :

Développe ton Arbre Utérus afin qu’il s’enracine profondément dans la Terre.

Amène ta conscience à ton cœur et ressens la gratitude pour le cadeau de guérison de Mère Lune.

(Pause)
Prends une profonde respiration. Souris. Ouvres les yeux.

arbre-utérus

Les détails et le texte de la méditation sur  www.wombblessing.com/moonmed.html

Les méditations audio :

Je te souhaite un beau voyage avec la Pleine Lune !

Pour aller plus loin :

L’invitation de Miranda Gray pour la Bénédiction Mondiale de l’Utérus

– Voir l’article sur la Bénédiction Mondiale de l’Utérus

– Les dates des prochaines Tentes Rouges et Bénédiction Mondiale, organisées par Céline Germain sur Grenoble

Comment s’est passée la méditation de pleine lune pour toi ?

Qu’as-tu ressentis ?

Conversation avec … Marie Pénélope PERES

Conversation avec … Marie Pénélope PERES

Marie-Pénélope PERES est auteure  de "Sagesse et pouvoir du cycle féminin" 

Artiste – Danse et Mouvement – Accompagnante en Féminité holistique

marie-penelope-peres

J’ai rencontré Marie-Pénélope lors de mon premier Festival du Féminin. Elle a été la première personne avec qui j’ai pu aborder la question des ressources du cycle et de l’auto-observation avec la symptothermie.

Je me rappelle de son calme et de sa douceur. Elle a su me mettre en confiance sur le chemin de l’apprentissage du cycle, alors que j’avais l’impression d’être en bas de la montagne, partagée entre l’excitation de ce nouveau voyage et la panique face à l’envergure des changements que cela impliquait. J’ai de suite acheté son livre « Sagesse et pouvoir du cycle féminin », qui est une pépite pour comprendre le fonctionnement du cycle féminin.

 

J’ai voulu en savoir plus sur cette pionnière du cycle et de la danse contraceptive en France.

Comment te définirais-tu Marie-Pénélope ?

Je suis à un  moment de ma vie passionnant où les choses se rassemblent en moi, s’unifient.

Je fais partie des personnes qui vont mieux en vieillissant.

J’ai un parcours où j’ai fait des plongeons dans des choses variées et riches. J’ai eu souvent l’impression d’être écartelée entre différentes voies, de devoir choisir et de ne pouvoir choisir car tout m’était vital, car tout était lié. 

Depuis quelques années une paix s’installe par rapport à ce chemin fait. Je me surprends moi-même en voyant les choses s’intégrées d’elles-mêmes et dont je fais mon miel.

"Je suis dans une période plus valorisante, épanouissante car il y a moins de tiraillements."

Qu’est ce qui t’a amené à l’approche holistique du féminin ?

C’est avec l’âge que je peux mettre des mots sur cela.

Je me rends compte qu’il y a plusieurs questions autour de « qu’est-ce qu’être une femme ? », qui m’ont habitées fortement depuis l’adolescence.
Au fil des rencontres, des chemins, des expériences et assez tôt dans ma vie d’enseignante, j’ai dû répondre à des questions de femmes sur des questions existentielles et des questions liées au corps. Notamment quand j’ai travaillé dans une maison autour de la naissance, qui faisait uniquement de l’accouchement à la maison.

On était une magnifique équipe d’enseignants, thérapeutes autour des questions du féminin, sur ce que la femme vivait à travers sa sexualité, son corps. C’était un lieu laboratoire j’expérimentais à partir de mon intuition et de mes recherches personnelles.

Parmi les femmes que je suivais pendant leur grossesse, nombreuses d’entre elles étaient du milieu artistique, spectacle vivant le plus souvent, où le corps est presque un outil de travail. 

Elles ont senti dans la manière dont je faisais la préparation à la naissance, et dans lesquelles elles puisaient quand elles étaient sur scène. Elles revenaient me voir après la naissance de leur enfant et je leur proposais alors de continuer le travail sur soi par l’exploration du cycle menstruel et de ses interactions avec le psychisme.

C’était le début du mouvement des doulas et du grand boum du maternage proximal.

Comment as-tu reconnecté avec la connaissance du cycle féminin ?

D’abord parce que je m’en suis fortement déconnectée !
A 11 ans j’ai été victime d’un abus sexuel qui m’a fortement déconnectée de mon corps. Je sentais confusément que je n’avais plus accès à mon ventre, à mon bassin, tout s’était verrouillé. Alors que depuis toute petite je m’exprimais et m’équilibrais de manière très instinctive par le corps en faisant spontanément de la danse et de la gymnastique ; j’ai ressenti comme une mort.

À l’arrivée de mes règles, j’ai eu l’impression d’être très seule avec  cette expérience nouvelle à vivre, d’autant plus que j’avais désormais peur de cette région de mon corps, une peur non-formulée, pas réellement identifiée, et de ce fait d’autant plus anesthésiante.

Néanmoins, après la 1ère année de menstruations je n’ai plus eu de douleurs et la période de quelques années qui a suivie a même été agréable à vivre. Mon cycle était devenu comme une boussole intérieure, qui me faisait du bien, je trouvais un ancrage dans cette rythmicité qui revenait à intervalle régulier, stable.

A 16 ans j’ai pris une pilule progestative (car j’avais un taux de cholestérol qui ne permettait pas l’usage de la pilule classique œstrogène + progestérone), qui se prend en continu et qui rend le cycle anarchique. La perte de ce bio-rythme avec lequel j’étais bien et qui était devenu important dans ma vie (sans jamais l’avoir verbalisé), m’a ravagée et coupée de mon corps,une
fois de plus. Je n’ai pas su en parler, je l’ai vécu et subi. 

C’était entre 16 et 18 ans, au moment où l’on construit beaucoup de choses dans la relation à l’autre, au groupe, au clan, la communauté des jeunes. J’ai ressenti un grand changement dans ma capacité d’être à l’écoute de moi, de prendre soin de moi. C’est un ressenti très intérieur. C’est un ressenti personnel, comme si le gardien de mon espace, de mon périmètre n’était plus là. Je le relie vraiment à cette absence de connexion avec mon cycle.

 

Sous pilule, je n’étais plus dans mon état normal et je pense que j’étais dans un état dépressif. La perte de ce rythme m’a profondément perturbée. Quand à un moment j’ai repris la pilule pendant quelques mois, je me suis aperçue qu’elle me rendait malade. En étant dans un état dépressif, on fait des choses que l’on peut regretter plus tard lorsque l’on sort de cet état.

Quand j’ai décidé d’abandonner totalement la pilule (après en avoir essayé plusieurs, avec toujours autant d’effets secondaires) ça a été une immense bouffée d’oxygène dans ma vie. C’est sur la base de cette expérience que j’ai alors entrepris mes recherches sur le cycle féminin, appris à observer mon cycle, à gérer ma fertilité d’abord avec la méthode Billings (observation et la sensation de la glaire cervicale) que j’ai découverte en fouillant dans le rayon contraception de la librairie La Procure à Paris (Eh oui ! il n’y avait pas encore internet à l’époque, et les informations sur la méthode d’observation de la glaire cervicale ne se trouvait que dans les organisations chrétiennes !) puis avec la symptothermie – méthode qui m’a complètement passionnée – conjuguée aux méthodes barrières, selon les contextes de ma vie.

Quand j’ai mis en place la pratique de la symptothermie, vers 21 ans , j’ai retrouvé cette sensation rythmée agréable que j’avais connue.

A partir de cette période profondément riche d’auto observation, j’ai retrouvé cette part instinctive, cette part femelle, qui veille à son propre territoire, capable de flairer ce qui est bon ou pas pour soi. C’est ce que dorénavant j’essaye de transmettre.

Peux-tu faire un bilan de ta pratique de la méthode symptothermique ?

J’ai été tellement émerveillée par cette découverte que pendant des années j’ai été extrêmement précise et organisée sur la tenue de mes calendriers, que j’ai enrichis au fur et à mesure, en identifiant des liens entre corps et esprit, entre étape du cycle et langage des rêves, entre maux et émotions. Je me rends compte combien cette didactique d’apprentissage du cycle a été fabuleuse. J’ai pu suivre toute l’évolution de ma fertilité en conscience.

J’ai pu être en confiance avec ce que je vivais dans la profondeur de mon être, car le langage du corps nous permet de comprendre ce qui se passe et ce qui se joue en nous, notamment notre relation au désir d’enfant.

Il est difficile de cerner les contours de ce désir d’enfant, c’est quelque chose qui a des ramifications beaucoup plus lointaines que l’on ne pense. On peut avoir aussi des conditionnements plus importants qu’on ne le pense. Tant que nos ambivalences sont inconscientes on peut se duper soi-même, et cela influe considérablement sur notre manière de gérer notre fertilité, notre contraception, notre auto-observation. Je me suis beaucoup servi de l’ auto-observation de mes propres ambivalences pour creuser plus loin dans la compréhension de ce qui sous-tend notre capacité à prendre en charge notre fertilité et notre contraception, ou au contraire nous entrave.

C’est en faisant face à la question du désir d’enfant que j’ai abordé les archétypes pour comprendre. Il y a plein d’aspects de moi que je n’aurai pas touché, des ombres dans lesquelles je ne serais pas descendue sans cette recherche.

Ces outils d’auto observation font partis de la base de la santé féminine, donc quand j’accompagne les femmes je les enseigne tout le temps.

De plus, ces outils sont sécurisants. Ils permettent de rester connectée à soi, à travers les grands bouleversements physiologiques et intérieurs que sont les grossesses, les périodes de maternage/ d’allaitement, les fausses-couches, les avortements, les hauts et les bas de notre vie sexuelle, les prémices des transformations à l’abord de la pré-ménopause, la pré-ménopause elle-même, la ménopause ensuite.

Les femmes peuvent retrouver à la pré-ménopause des symptômes et des perturbations intérieures aussi fortes que ce qu’elles ont pu connaître à l’adolescence.

À la différence de la puberté où le changement hormonal vient avec une énergie et une puissance hormonale en pleine expansion ; la ménopause -elle- est accompagnée d’une puissance hormonale qui décroît. Je ne veux pas dire qu’il n’y a pas de puissance à contacter à la ménopause, mais qu’il y a une inversion des forces qui nous animent. C’est un énorme changement, une transformation.  Le changement va durer quelques années où l’organisme – et tout l’être – doit trouver ses ressources pour atteindre un nouvel équilibre. Puberté et Ménopause sont 2 moments de notre vie en miroir

Je trouve dommageable d’attendre le dernier moment pour intervenir avec les pratiques de santé naturelles, de se dire que ce n’est que dans la tête et de mettre de côté désagréments et maux. Car plus le corps va peiner dans cet effort d’adaptation et plus des manques et des vides vont se creuser dans l’organisme, avec pour corollaire du mal-être intérieur.

Pour revenir à ta question de départ, je dirai donc que mon parcours de vie et la réappropriation de mon cycle féminin m’ont conduit à développer des qualités de chercheuses et à les mettre en pratique dans des domaines qui peuvent paraître éloignés : l’étude de l’anatomie, la naturopathie, l’anthropologie, la mythologie comparée, l’herboristerie, les pratiques corporelles somato-psychiques, l’art-thérapie.

Est-ce qu'aujourd’hui ton travail se concentre que sur la transmission des femmes ?

Oui et non ! Car tout un pan de mon enseignement en pédagogie perceptive par le corps concerne autant les hommes que les femmes. Mais effectivement, pendant une période de ma vie c’est la transmission aux femmes qui a pris le dessus, pour différentes raisons.

Là je sens qu’à nouveau j’ai besoin de re-nourrir ces autres parties de mon travail qui sont dédiées aux groupes mixtes, notamment avec mes ateliers de pédagogie perceptive de la respiration et de présence à soi, qui me vient pour majeure partie de ce que j’ai appris auprès d’Yvette Clouet (fabuleuse enseignante de la méthode « habiter son corps » à Marseille).

Pourquoi transmettre la danse contraceptive ?

"Je la vois comme un patrimoine de l’humanité, et un droit de naissance
quand on naît femme"

Nous ne sommes pas très nombreuse à la transmettre je n’ai pas envie qu’elle disparaisse.

On est à une époque où une grande opportunité d’éveil est possible, pour que la conscience humaine grandisse. Ces pratiques font parties de petits éléments qui peuvent enclencher et accompagner cet éveil. En tant que femmes ont à tout intérêt à renforcer nos racines.

L’histoire des femmes à travers l’Histoire avec un grand H est jonchée de limitations subies (pour ne pas dire plus). Face à ça notre réflexe a majoritairement été de chercher à faire comme si on était en tous points pareil aux hommes. Il y a un chantier en cours pour retisser notre histoire avec le fil des transmissions féminines. S’occuper de notre terreau, l’arroser, prendre soin de nos racines instinctives féminines. Apprendre à aimer la femelle en nous, sans la honte qui allait de soi dans toutes ces cultures qui ont voulu nier le corps, et tout particulièrement le corps de la femme et sa sexualité.

Je suis frappée par le manque d’ancrage chez les femmes et la perte du corps, chez nous occidentales. 

Le féminin est relié à la matière, à l’incarnation, à nos racines.

Je ne pense pas que l’on puisse accoucher de cette part de nous-mêmes, qui contient la promesse de nous ramener sur une nouvelle voie d’équité que l’on cherche tant  entre hommes et femmes, en faisant abstraction de notre corps. En plus les hommes, ici, en occident sont très demandeurs de côtoyer des femmes qui plongent vraiment dans leurs racines. C’est ce qu’ont à faire les générations actuelles. Retrouver le corps. Sa sagesse.

Beaucoup de femmes sont très timides par rapport à leurs corps. La danse contraceptive fait partie de ces expériences de connexion à la puissance archaïque du corps et la richesse de son intériorité sensorielle. La nature nous veut libre de notre fertilité et on peut effectivement déclencher nos règles et terminer notre cycle !

Ce n’est pas une panacée (parce que ça demande un engagement fort dans la pratique corporelle) mais une opportunité extraordinaire de reconnexion.  C’est une expérience initiatique.

On dit « danse » car on met de la musique pour se stimuler mais ce sont des mouvements plus qu’une danse. 
C’est Aviva Steiner qui les a repéré en étudiant les danses de fertilité dans le monde, comme des mouvements de base, universels. C’est en les pratiquant qu’elle a découvert qu’il y avait une puissance d’interaction avec le cycle hormonal.

Malgré la simplicité de ces mouvements, nombreuses sont les femmes qui ont du mal à les faire, à rentrer dans l’énergie qu’ils demandent ainsi que dans la justesse du geste et ceci doit nous questionner sur la distance qui s’est effectuée entre notre pensée et notre corps.

Il y a, je crois, de nombreuses questions à se poser avec honnêteté. Que penser, par exemple, des concepts de spiritualité Amérindiennes – tronquées de leurs propres contextes – qui prennent une telle place dans la tendance actuelle ? Que penser des concepts new-age qui abondent dans le courant du féminin qui s’autoproclame féminin sacré …. ? On a soif de mettre du sens sur nos vies de femmes, on a soif de redécouvrir le sacré de nos corps de femmes, mais soyons attentives à ce réflexe que nous avons tous et toutes qui conceptualise au détriment de la véritable expérience du corps. Nous avons besoin, l’humanité a besoin, de l’intelligence du corps, de l’humilité du corps, de sa simplicité, de son rapport à l’instant présent, de sa faculté à unir ce que le mental, lui, divise.

Je suis sensible au travail de Starhawk. Dans son livre « Réver l’obscur : femmes, magie et politique », elle a une profonde réflexion sur ce sujet et met en parallèle l’immense potentiel actuel de prise de conscience et le risque d’idéalisme concomitant. Elle aborde la différence entre l’immanence et la transcendance.

La première fait partie de la part féminine dans tout être, et c’est sûrement ce que les femmes ont à incarner, à travers leur manière d’être, d’agir, de penser. Si on ne le vit pas par le corps alors on est encore dans la transcendance (dans une spiritualisation mentalisée qui, certes,  séduit l’esprit, mais à nouveau divise). Alors que dans un pays comme le nôtre, nous, les femmes ont a la possibilité de mener toutes sortes d’expériences à travers notre corps, d’oser,  j’ai peur, parfois que l’on passe à côté.

Cette danse contraceptive nous rappelle qu’il y a tout un pan de nous que l’on ne connaît pas, et, si on ose s’y plonger, elle ouvre bien des portes.

Y a-t-il des prérogatives pour apprendre cette danse ?

Oui, pour plusieurs raisons.
D’abord, simplement parce que pour pouvoir se rendre compte si oui ou non, j’ai moi-même déclenché mes règles grâce aux mouvements, il faut un repère concret. Donc la prérogative principale, c’est d’avoir des cycles réguliers.
A partir de là, je peux choisir d’apprendre cette pratique soit dans le but de vivre l’expérience en tant que telle : je peux déclencher mes règles avec les mouvements du corps. (C’est déjà une très belle expérience !). Soit dans le but d’intégrer cette pratique comme outil de contraception.

A ce moment-là l’aspect contraceptif impose une rigueur, on ne peut pas transiger sur notre engagement si on l’utilise dans ce but. Donc une autre prérogative entre jeu, c’est de savoir déjà déchiffrer sa fertilité avec les méthodes d’auto-observation.
Donc pour résumer, les prérogatives sont : un cycle régulier et la pratique de l’auto-observation de la fertilité.

Aurais-tu une recommandation ?

Allez explorer son corps de multiples façons pour ne pas s’enfermer dans une méthode. Etre curieuse de cette part de soi dans la matière, de l’intelligence du corps, qui est source d’unification, de reliance et qui va permettre d’équilibrer le cerveau et de développer de nouvelles aptitudes pour l’avenir de l’humanité.

En février 2019 Marie-Pénélope PERES, lancera une  formation en ligne sur la GYN-ÉCOLOGIE HOLISTIQUE ©.

Redonner la connaissance du fonctionnement du corps à la femme, afin qu’elle se reconnecte à ses besoins, à sa réalité biologique, sa structure, ses systèmes…  Une relation peut alors commencer entre la femme et son corps, faite de confiance et non de défiance.
En apprenant à s’auto-observer, pour participer pleinement à sa vie gynécologique, gérer sa contraception, et/ou déceler d’éventuels déséquilibres à la racine, base de la prévention.
 
PRÉINSCRIS-TOI POUR BÉNÉFICIER DES TARIFS EARLYBIRD AVANT LE 24 DÉCEMBRE !

Marie-Pénélope PERES

 auteure  de ” Sagesse et pouvoir du cycle féminin “ 

Artiste – Danse et Mouvement – Accompagnante en Féminité holistique

Contact :

marie.peres.or@gmail.com

06 22 24 54 54