Lors de ton premier saignement : tu rencontres ton pouvoir

Pendant tes années de saignement : tu pratiques ton pouvoir

A la ménopause : tu deviens ton pouvoir

Proverbe Amérindien

  • Parce-que tout part du tabou, du non-dit, du mythe qui entoure les règles

  • Pour ne plus voir le cycle menstruel comme un fardeau, une faiblesse, une honte

  • Pour ne plus l’utiliser pour rabaisser l’autre
  • Celine Germain
    Céline,  exploratrice et passionnée du féminin

    Au fil de mes recherches sur la femme, le féminin au travers de l’histoire de l’humanité, j’ai constaté que le tabou qui règne autour du cycle de la femme est la raison principale qui crée la distinction et justifie le rapport dominant-dominé, la hiérarchie et le patriarcat. 

    Pour une société plus juste, pour que chaque individu puisse s’épanouir sans avoir à diminuer l’autre et trouver sa place,  parlons des règles, des ragnagnas, des anglais qui débarquent, du ketchup, des ours, des lunesouvertement !

    Aparte : Je souhaite intégrer tout le monde et toutes les identités qui se sentiraient concernées par ce sujet.
    Le 3e genre grammatical neutre n’existant pas encore, j’emploierai le féminin sur ce site. Je suis ouverte à proposition si tu as des solutions.

    – Afin que le cycle menstruel soit vu comme une autre fonction du corps

     
    –       Afin que la société et les individus qui la composent reconnaissent la cyclicité due aux hormones 

     

    –       Afin de transformer les moments de grande solitude et de honte que l’on a pu vivre

    Je crée des espaces de confiance et de non-jugement pour parler, poser des questions, échanger, prendre le temps d’oser dire ce que l’on pense, ce que l’on ressent par rapport à notre vécu du cycle menstruel et des sujets qui en découlent.

    ateliers cycle féminin
    Ateliers
    tente rouge-cercle de femmes
    Tente Rouge
    consultation-rendez-vous individuel
    Consultation

    C’est en échangeant, parlant et en transmettant que l’on apprend et se rend compte que d’autres personnes vivent la même chose que nous.